UZBEKISTAN

2 août 2012

UZBEKISTAN

pen12031.jpg

 

Le passage à la frontière nous aura pris plus de 2 heures. En effet, le poste de douane est en panne de courant, donc plus d’informatique, donc pas d’enregistrement possible. Par contre, vu nos têtes de touristes, on nous fait passer devant tous les locaux : turkmènes et ouzbèques. Pas d’ouverture de nos sacs, uniquement un questionnaire nous demandant nos valeurs à déclarer.

Un parking avec des taxis nous attend. Sachant qu’il n’y a pas de bus, nous commençons à négocier le tarif de notre trajet. La monnaie prisée est toujours le dollar et le change se fait facilement. Après de multiples palabres, nous nous entendons et partons rejoindre notre 1ère étape sur une route toute droite, défoncée et avec un vent de sable permanent. Une heure et demie plus tard (95kms), nous arrivons à BOUKHARA/BUKHARA.

BUKHARA, une fois franchi les portes de la ville nouvelle, nous voilà au cœur de la vieille ville. Premier choc le transport : entre les minibus, les taxis, les faux taxis (comme en Iran), une multitude de véhicules que l’on pense ne trouver qu’en Asie de marques Daewoo et Chevrolet nommée ici : marchroutka. Il s’agit d’un véhicule à 6/7 places, que l’on trouve aussi en 4 places et en camionnette. Par contre le point négatif des transports sont les liaisons inter-villes (voir feuillet transports) Deuxième choc, rien n’a été laissé au hasard dans la restauration des medersas et mosquées. Afin de préserver le patrimoine architectural, l’UNESCO est venue y apporter son savoir-faire. Dommage, nous avons l’impression d’être dans un musée à ciel ouvert, un peu de « fantaisie » ne nous aurait pen11068.jpgpas déplu. Cela n’empêche, nous en prenons plein la vue. Des monuments dans chaque place, chaque rue, chaque ruelle, ne nous lasse pas, bien au contraire. En effet, tous différents les uns des autres, tant par la taille que par l’absence ou présence de mosaïque aux couleurs jamais vues jusqu’à présent, nous ne pouvons que rester émerveillés par cette concentration. Il est difficile de tout citer, mais les principaux à ne pas manquer : mosquées : Bolo Haouz, Kalon avec son pen11544.jpgminaret ; medersas : Kokaldosh, Abdul Aziz Khan, Mir-i-Arab, Ulug Beg, Char Minar et les remparts. Le seul regret est que n’avons pu visiter l’Ark, fermé pour travaux lors de notre passage. Cette liste ne peut être exhaustive, vu le nombre de medersas. Ne pas oublier que BUKHARA était considérée comme « ville sainte », d’où le nombre important d’écoles. N’oubliez pas que cette cité est réputée pour la qualité et la couleur de ses tapis. Vous pouvez en voir dans un des 2 bazars, mais n’hésitez pas à entrer dans certaines medersas (pas toujours restaurées), où des tisseuses perpétuent la tradition. Par contre ne soyez pas surpris de l’âge, il va de 14ans à la grand-mère… Cela va il ne faut le dire, mais les faits sont là. Dans d’autres medersas, ce sont des hommes sculpteurs sur bois, idem sur les âges… Si vous souhaitez faire un tour complet de la ville, vous faudra y rester un minimum de 3 jours. Une fois sortie de vieille ville, allez au marché (environ 10’ à pied) de la place principale. Ici, vous trouverez de tout : outre le bonheur visuel vous aurez un bonheur olfactif : fruits, légumes, épices… De plus, vous pourrez manger dans de petites échoppes avec les uzbèques une cuisine locale, que du plaisir. La gentillesse aidant et la chaleur pesante, il nous est difficile de quitter ce lieu. Enclavé au milieu de bâtiments d’habitation, d’hôtels et d’administration, tous plus laids les uns que les autres, un grand merci aux architectes russes…, un lieu paisible en cours de rénovation : un cimetière juif. C’est une surprise quand on sait que le pays est musulman à plus de 80%, et que le Président s’appelle Islam KARIMOV…. Devoir oblige, nous prenons la direction de la nouvelle gare à 12kms du centre où sur la route le défilé ininterrompu de bâtiments participants au concours du plus laid…

 

3 heures plus tard, SAMARCAND et à la gare une ruche de chauffeurs vrais ou faux vous harcèlent afin de vous emmener à votre hôtel. Le nôtre (un faux) ne connaissait pas l’adresse et dû s’arrêter à plusieurs reprises pour demander les informations. Une ville verte, ombragée et aérée nous ouvre ses portes. La mise en valeur du patrimoine du centre-ville s’est faite il y a moins de 2 ans. Le Président actuel a décidé de raser plusieurs parties de la ville afin de créer des grandes artères piétonnes avec bassins, arbres et éclairages. En poussant certaines portes entre les échoppes, vous retrouvez la vie des uzbèques : ruelles étroites, à peine pen11581.jpggoudronnées et sans éclairage…Le paraître est entre autre une de ses devises. Notre hôtel se trouve à 2’ du Registan, nous en profitons pour y faire un saut. 3 medersas Chir-Dor, Tilla-Kari et Ulug Beg formant un U vous écrase de par leurs tailles. Impressionnantes par leurs façades, leurs minarets, leurs coupoles et leurs cours intérieures, nous restons subjugués par leur beauté. Nous ne sommes pas au bout de nos peines. Toujours sur ce gigantesque plateau piétonnier, face à face la mosquée Bibi Khanoum et son mausolée. La mosquée fait partie d’une des plus grandes du monde musulman avec une coupole gigantesque et d’un bleu en contraste permanent avec le ciel. A l’intérieur, vous verrez 2 petites mosquées, cela vous donne l’immensité du monument. De l’autre côté de l’allée, son mausolée entièrement restauré, a des dimensions pas encore vues jusqu’à présent. 100 mètres plus bas, vous entrez dans le bazar Siob. Plusieurs niveaux vous attendent, selon ce que vous cherchez : légumes, épices, fruits, viande, fromages, équipement de la maison, habillement, restaurants…Faire une halte, négocier l’achat de fruits et légumes par le langage des signes (l’anglais est rarissime dans ces échoppes) est plaisant tant pour eux que pour nous. Avec un large sourire, les femmes comme les hommes aiment se faire prendre en photos au milieu de leurs étals, que du bonheur. Prenant notre courage à 2 mains, nous sommes obligés de traverser une artère à 2 fois 3 voies, pour aller sur la colline en face, aucune passerelle n’ayant été construite…Perchée, la mosquée Khazrat-Khizr ou mosquée du voyageur, domine une partie de la ville. A l’époque, il n’y avait pas de ces « immondes immeubles soviets ». Heureusement, la ville en comporte peu, mais par contre s’étend de façon tentaculaire car la majorité des habitations ne sont que de plein pied… En face, un cimetière juif dont certaines tombes peuvent surprendre, s’étend jusqu’à Chah-i-Zinde. Il s’agit d’une avenue de mausolées accrochée à la colline. Si certaines sont fermées, vous ne pouvez rester que surpris par la beauté des mosaïques. Y revenir n’est que plaisir tant l’endroit est serein et agréable à voir. Prenant un marchroutka, l’observatoire Ulug Beg a du dominer la ville. Il s’agit d’un petit bâtiment sur une colline entouré d’un parc ouvert au public. Mais à peine êtes-vous arrivé sur l’esplanade, que l’on demande de payer ne serait-ce que regarder la ville… A l’opposé, à côté de la statue Amir Timur, un énorme plan de destruction massive a été fait pour mettre en valeur les mausolées : Rukhabad, Gour-e-Amir et Ak Saraï. La première n’offre l’intérêt que pour les souvenirs, la seconde énormepen11761.jpg avec une façade de mosquée ou de medersa, recèle sous sa coupole des mosaïques et peintures magnifiques. La dernière étant pour moi la plus belle des 3, simplicité, sobriété et peintures d’une luminosité telles que le flash ne sert à rien…mais entre les 2ères la petite mosquée Ruxobod avec un plafond extérieur en bois peint et soutenu pas de magnifiques poteaux sculptés mérite le détour. Un magnifique boulevard ombragé avec une esplanade centrale nous amène au parc Navoï. Il n’offre pas d’intérêt particulier, les arbres sont jeunes, entretien miséreux… En bordure de majestueux arbres nous permettent de marcher à l’ombre sous la chaleur caniculaire et sans vent que nous avons. Hormis Ulug Beg, vous pouvez faire tout ce périple à pied. Mais se balader en dehors de « ce sentier balisé » est un délice. C’est un plaisir, car aux détours des rues et ruelles aux revêtements aléatoires, des échoppes dans des maisons ou des femmes vendant à même le trottoir des victuailles, vous accostent afin de savoir d’où vous venez et vous font goûter leur production. Le seul et même regret qu’à BUKHARA, la restauration est trop « ripolinée »… 3 contrôles à la gare avant de pouvoir entrer dans le wagon couchettes, il est 23h30 pour faire une traversée du désert longue de près de 650 kms. Tout le long de la voie de chemin de fer, ce n’est qu’un tapis de détritus : sacs papier, plastique, bouteilles verre et plastique…tout le monde jettepen12194.jpg par la fenêtre, y compris le chef du wagon après y avoir fait le ménage…

Midi au soleil, URGENTCH, ville sans aucun caractère, sauf d’avoir été défiguré par une multitude de barres d’immeubles de l’époque soviétique. On ne peut que fuir au plus vite. Une fois négociée le taxi, nous partons voir Elliq-Qala. En fait il s’agit de cités et forts construits au sommet de collines aux portes du désert afin de protéger une oasis. Personne n’est d’accord sur le nombre exact, 50 ou plus. Nous n’avons vu que Yaz Qala, Toprak Qala et Qyzyt Qala pour une question de temps. L’érosion des années et la négligence des touristes, montant sur les dômes des maisons, sur les murailles, jetant détritus ; vont que très rapidement les lieux vont de détériorés à une vitesse grand V. Il serait grand temps que les sites soient protégés avec des lieux de passage. En fin de journée, nous atteignons la ville fortifiée.

KHIVA au soleil couchant mérite le détour. Les remparts et les murs de toute la ville aux couleurs de pisée reflètent une lumière d’un brun ocre. Sachez quepen12258.jpg l’UNESCO est passé par là, et que la vieille ville est un musée à ciel ouvert. Entrez par la porte ouest. Encerclé par la medersa Mohammed Rakhim Khan (transformé en hôtel) et Koukhan Ark ; le minaret Kalta Minor est d’un bleu étincelant toute la journée. Au fur et à mesure que vous avancez dans les ruelles, vous ne pouvez qu’être surpris de la beauté des bâtiments (mosquées, medersa …). On ne peut tous les citer. Par contre, je vous recommande, le palais Tosh-Holvi qui entre ses créneaux recouverts de mosaïques, ses plafonds peints… vaut une visite approfondie. La mosquée Juma et son minaret où de son sommet, vous pourrez admirer toute la ville. Vu le nombre de musées à voir, 2 jours seront à peine suffisant. Avant de sortir, faite un tour au pied des remparts et vous verrez des tombes comme attachées au flanc de ces murs. Vous pourrez aussi rencontrer des uzbèques au pied le leur maison non rénovée. Un reproche est le nombre de vendeurs de souvenirs qui gâche la beauté de la ville. Sortez par la porte est, et là vous arrivez dans le bazar. Grignotez des samsas au pied des vendeurs de fruits, de légumes, de vêtements…est très agréables. Les touristes daignant peu s’aventurer dans ce genre d’’endroit. Retour à URGENTCH, pour affronter une nouvelle traversée du désert. Ici le temps importe peu, et nous allons mettre 18h en train pour rejoindre la capitale.

TASHKENT, à peine descendu du train, une nuée de chauffeurs de taxi vous harcèle afin de vous conduire là où vous le souhaitez. Sachez qu’une station de métro est au pied de la gare, et donc peu vous amené à un coût défiant toute concurrence. En face le musée du chemin de fer, vous feras découvrir de vieilles pen12752.jpglocomotives et wagons russes des années 30 à 50. Le bazar Chorsu vaut un inévitable détour, et qui plus est à sa station de métro. Une partie du centre-ville ressemble à ASHGABAT… les excentricités du président sont bien réelles. En sortant d’avoir visiter le musée de l’histoire du peuple uzbèque, le parc de l’indépendance, où vous trouvez le sénat et l’inévitable monument de la mère affligée. En face, le palais Romanov fermé aux touristes mérite le détour rien que pour voir les folies tsariste de l’époque. Remontant « Broadway avenue » (autrefois plein d’artistes), Amir Timur maydoni recèle hormis la statue Amir Timur à cheval au centre, 5 monuments. L’université de droit toute en brique, hôtel Uzbélistan vrai bâtiment de l’époque soviet, le musée de l’histoire des Timurides rond avec sa coupole verte, la tour de l’horloge et Dom Forum. Un bâtiment majestueux, tout en marbre blanc qui ne sert quasi jamais…Mais pour mettre en valeur son joyau, KARIMOV a abattu tous les arbres de place…Afin d’avoir un aperçu de la ville, allez à la tour de la télévision. Vous avez le choix de monter à 110 ou à 220m. Le premier palier suffit, car ici comme dans tout le pays, les habitations sont toutes de plain-pied. Il existe quelques immeubles, mais cela ne vous gâche pas la vue. Seul la National Bank of Uzbékistan  avec ses108m fait totalement incongrue dans le paysage. Khast Imam est considéré comme le centre religieux officiel. Musée, mosquée, medersa et mausolée sont réunis sur un même plateau. Lors de notre passage, des ouvriers s’attelaient à refaire les peintures intérieures de la medersa. Qu’elle ne fut pas notre surprise que de constater que sur une partie ils collaient des morceaux de plastique imitant la mosaïque…Rejoindre la vallée de FERGAMA, ne se fait qu’en bus ou taxi. En effet, si vous prenez le train, vous traversez le TADJIKISTAN, et pour cela vous devez avoir un visa.

Arrivé en fin de journée à KOKAND, ville où peu de touristes s’arrêtent, n’hésitez pas à négocier le prix des chambres d’hôtelpen13233.jpg. En plein centre, une immense esplanade arborée, entoure le palais Khan. Certaines des pièces restantes sont des musées retraçant l’histoire de la région. La mosquée Juma avec ses plafonds peints supportés par près de 100 colonnes en bois mérite le détour, le musée était fermé lors de notre passage. Vendredi jour de la prière, un marché aux étals multicolores se tient devant la mosquée et medersa Mir, que nous n’avons pu visiter. Une ballade dans le cimetière juste derrière, avec quelques tombes colorées détonnent au milieu des blanches. Le tombeau des rois Dakhma-i-Chokhon avec une coupole intérieure peinte en spirale (c’est la 1ère fois) et le mausolée Modari Khan et 2 kiosques vous permettent de vous mettre à l’abri du soleil… Pas de bus pour rejoindre la prochaine ville, nous allons à la station des marchroutkas. A peine arrivés, les chauffeurs nous tombent dessus, et derrière eux, 2 touristes nous interpellent. Elles souhaitent aller à MARGILAN comme nous, nous décidons de partager les frais

La halte de MARGILAN était pour visiter la fabrique de soie, rien d’autres à voir. Sauf que nous avions oublié que ce samedi était la veille de la fin du ramadan et qu’elle était fermée…Dommage, « car vous pouvez tout voir, du cocon au tissage, en passant par l’étuvage, la teinture… » et cela presque sans électricité. Déçu nous partons.

FERGAMA l’un des grands bassins musulmans, fut un des lieux de révolte lors du massacre opéré à ANDIJAN en 2005 par KARIMOV. Cette ville arborée n’offre aucun intérêt particulier, c’est pourquoi nous avons passé l’après-midi sur une terrasse ombragée café restaurant. Cette ville étape nous rapprochait du poste frontière du premier en STAN ayant supprimé le besoin d’un visa depuis fin juillet 2012.

pen13003.jpgFERGAMA – ANDIJAN  et DOSTYK, poste frontière de l’UZBEKISTAN 19 août 2012 où on vous demande de remplir le même formulaire qu’à l’entrée. Il s’agit d’un contrôle, principalement pour vérifier la somme dépensée. Mais aussi, on vous demande tous vos reçus des nuits d’hôtels. Chaque hôtel tient un registre et peu vous refuser si vous ne lui montrer pas le reçu de la nuit précédente…Le but est que vous ne puissiez dormir chez l’habitant et qui alors pourrait vous donner des informations sur l’état réel du pays, du gouvernement… En fait 1H30 plus tard nous entrons dans le no mans land.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site